Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur (ASES)
Pratiquer et déployer la sociologie

L’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur (ASES) est une association française créée en 1989, à l’initiative de deux sociologues français, Catherine Paradeise et Pierre Tripier, afin d’assurer "la défense et la promotion de la sociologie dans l’enseignement supérieur". Ses statuts, votés par l’assemblée générale constitutive du 11 janvier 1989, ont été déclarés le 26 mai 1989.

Nous écrire Contact

Marche forcée, éditorial de Libération du 10 juillet 2013
Article mis en ligne le 10 juillet 2013

par Matthieu Hély
Imprimer logo imprimer

Marche forcée
10 juillet 2013
Libération

Sarkozy n’a pas seulement ruiné l’UMP, il a aussi réussi à mettre en faillite une bonne quinzaine d’universités. En cette fin d’année académique, l’affolante situation budgétaire de certains établissements d’enseignement supérieur résulte en effet mécaniquement des dispositions de la loi dite LRU votée en 2007 par la droite et dont l’objectif affiché était l’autonomie à marche forcée d’universités fusionnées. Pourtant, alors même qu’on constate l’ingouvernabilité des gros pôles présentés un peu vite comme des succès, tels Aix-Marseille ou Strasbourg, la gauche s’apprête, par une nouvelle loi, dite ESR, à prolonger plus qu’à contester cette logique. Si la loi Fioraso améliore assez nettement la représentativité des instances universitaires, notamment au profit des étudiants, elle inquiète à raison nombre d’enseignants-chercheurs qui redoutent de devoir réduire sensiblement l’offre d’enseignement. Plus profondément, la soumission à l’ordre économique du savoir, la philosophie utilitariste d’une loi dont l’article 4 évoque « la croissance et la compétitivité de l’économie », fait craindre l’écrasement de certaines disciplines par d’autres. Parmi les points positifs, il faut noter l’incitation à recruter en priorité des bacs pro pour les BTS, mais le renforcement des filières universitaires aurait été autrement plus fort si l’on n’avait encouragé davantage encore les classes prépas à recruter les meilleurs élèves, fut-ce pour tenter de vaguement améliorer leur scandaleusement faible mixité sociale. Preuve que la gauche n’est, hélas, toujours pas prête à renoncer à un enseignement supérieur à deux voire trois vitesses.

Sylvain BOURMEAU

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.13