N°42/2015 Universités en régime néo-libéral

Derniers articles

Grand entretien - Quelques aspects de la gestion néo-libérale dans le système universitaire anglo-saxon

mer 03/05/2017 - 23:57

Entretien avec Jean Jacques Courtine*, Professor in European Studies, University of Auckland, réalisé en novembre 2014, à la Fondation Suger par Christel Coton et Romain Pudal, revu par Christel Coton et Jean-Jacques Courtine.
Les universités nord-américaines, parfois présentées comme un eldorado par les médias et parfois même par des collègues en visite outre-Atlantique, nous semblent constituer un système extrêmement inégalitaire, dont seule une minorité très privilégiée bénéficiant d’importants financements privés profiterait avec plus ou moins d’aisance. Les signes d’une « néo-libéralisation à l’américaine » du système européen invitent à interroger les dessous de ce rêve universitaire américain. Christel Coton et Romain Pudal ont pu rencontrer Jean-Jacques Courtine, dont la connaissance fine des universités françaises et étasuniennes, éclaire le débat.
* Jean-Jacques Courtine est Professeur d’études européennes à l’Université d’Auckland (Nouvelle-Zélande), professeur émérite à l’Université de Californie à Santa Barbara et à Paris Sorbonne Nouvelle. Linguiste de formation, il enseigne l’histoire et l’anthropologie
culturelles. Parmi ses travaux récents : Histoire du corps, XVIe-XXe siècle (3 vol., Seuil,
2005-2006) et Histoire de la virilité, de l’Antiquité au XXIe siècle (3 vol., Seuil, 2011), qu’il a codirigées avec Alain Corbin et Georges Vigarello. Également : Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault (Jérôme Millon, 2011). Il travaille actuellement à une histoire culturelle de l’anxiété.

Etiquettes :